L’Assemblée générale de l’Onu a révisé mardi dernier, 3 mai,le statut de l’Union européenne, ce qui lui permettra jouer un rôle plus visible au sein de l’organisation internationale. La résolution qui accorde à l’UE un statut équivalent à celui du Vatican ou de l’Autorité palestinienne a été adoptée par 180 voix pour et deux abstentions, celles de la Syrie et du Zimbabwe. Dix des 192 Etats membres n’ont pas pris part au vote. L’initiative, n’est pas essentiellement symbolique et répond aux réformes adoptées en 2007 avec le traité de Lisbonne, qui a regroupé les instruments de politique extérieure de l’Union.

Ses représentants permanents pourront désormais s’adresser directement à l’Assemblée générale. Ce rôle était jusqu’ici dévolu à ceux des Etats qui exercent la présidence tournante de l’UE. Le nouveau statut, que l’UE avait déjà tenté d’obtenir en septembre 2010, lui permettra en outre de figurer plus haut sur la liste des intervenants lors de l’Assemblée général annuelle.

Les petits pays ont fait de la résistance, mais ce n’est que justice : l’UE et ses Etats membres sont les premiers contributeurs au budget des Nations Unies, premier donneur d’aides au développement, premier fournisseur d’assistance humanitaire.